Bienvenue sur Little Red Stars !
Nous espérons que le forum vous plaira
Top Site
N'oubliez pas de voter régulièrement pour le forum ici et ici !
soutenir LRS sur bazzart
n'hésitez pas à poster sur bazzart pour promouvoir notre univers les petits loups attention, on réserve une surprise aux meilleurs pubeurs
LRS est sur Twitter
n'hésitez pas à nous suivre sur twitter afin d'être au courant des dernières actualités sur LRS
On est toujours là
Même si vous nous avez cru un peu ailleurs on est toujours là et on vous prépare des surprises, stay tuned
Promotion Flash !
Promotion flash, à partir d'aujourd'hui (06/04) rameutez un poto sur le forum vous rapporte un max de points (de 50 à 100 points !) plus d'infos ici

Partagez | 

 Yulibelle ≡ We play hard with our plastic guns.



avatar

membre
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur


We play hard with our plastic guns

Les hommes ne sont pas vraiment compliqués. Ce sont des créatures simples et sans imagination. Ils pensent ce qu'ils disent, en général. Et nous, nous passons des heures à essayer d'analyser ce qu'ils ont dit, alors que c'est toujours très clair. Ils ne pensent pas comme les femmes… ≡ Yulian&Elya
Quelques lunes avaient passées depuis la descente chez Yulian. Cette journée avait été tellement désastreuse, un vrai supplice, autant pour lui que pour la belle blonde. Petite visite qui aurait dû être comme d’habitude, mais ce ne fut pas le cas. Au contraire, la jeune femme avait fait face à un homme désorienté, choqué et déçu d’apprendre qu’elle lui avait caché sa véritable identité. D’ailleurs, Elyabelle s’en voulait affreusement de lui avoir mentit, d’avoir caché tout ça. Un petit secret, qu’Elle aurait voulu garder pour elle, mais que malheureusement, elle avait dû partager avec son ami. Finalement, alors qu’elle avait voulu lui fournir des informations, lui donner une explication sur ce qui s’était passé, une petite bande de malfrats avait pénétré dans l’appartement et l’avait passé à sac. Ils avaient même frappés Yulian, sans scrupule, lui volant des biens et de l’argent. Malheureusement, Elyabelle n’a pas été épargnée. L’un des plus costauds de la bande avait voulu se faire plaisir avec la jeune blonde, mais heureusement pour elle, la police avait débarquée dans l’appartement de Yulian. Elle avait donc écopée de seulement quelques ecchymoses au visage, rien de bien grave… Cependant, elle allait avoir le visage tuméfié pendant un certain temps.

Assise sur son lit, la jeune femme regardait son reflet dans son miroir de poche, les larmes aux yeux. Elle avait connu la misère, la douleur alors qu’elle était enfant, maintenant qu’elle avait eu la chance de s’en sortir, elle venait de retomber dans ce gouffre… Bien évidemment, le fait que le malfaiteur qui menait la bande ait vu son nom de famille, ne l’aidait pas. Il allait sûrement profiter de la situation pour retourner en Russie et en glisser un mot au père d’Elyabelle qui venait d’avoir sa libération. Silencieuse, elle porta sa main à son visage pour le caresser du bout des doigts avant d’éclater en sanglot. Elle était tellement perdue et elle n’avait pas eu de nouvelles du beau brun. Doucement, elle finit par reprendre ses esprits puis elle se leva de son lit, prenant son portable pour appeler son avocat. C’était le seul qui savait où elle était et il allait pouvoir l’aider avec Yulian. La conversation, en russe bien évidement, se passa sans anicroche et rapidement. Il raccrocha, lui promettant de rappeler dans quelques minutes. Les minutes semblèrent interminables pour la jeune blonde. Elle avait si peur qu’il lui annonce une mauvaise nouvelle. Au bout d’une quinzaine de minute, il la rappela pour lui dire que Yulian était toujours dans les cellules de la cours suprême. Elle pouvait donc aller le voir. Elle s’habilla donc et quitta en direction de la cours pour pouvoir prendre des nouvelles de lui.

Vêtue d’une robe noire, la jeune femme avait pris le temps de cacher ses ecchymoses avec du maquillage. Bien entendu, elle avait glissé sur son nez des lunettes fumées pour cacher le plus gros des défauts. Silencieuse, elle avait donné l’adresse au chauffeur de taxi puis elle mit sa musique pour ne pas entendre rien d’autre que son univers le temps de se rendre à la cours suprême. Une fois rendue, elle resta quelques instant dans le taxi, elle paya sa course pusi elle sortit, prenant son souffle. Elle tremblait. Comment allait-il réagir? Est-ce-que les autorités allaient la laisser passer? C’était tant de questions, d’inquiétudes. Elle entra donc et suivit les indications avant de passer devant un poste de sécurité. Ils fouillèrent son sac à main, lui retirèrent ses verres fumées. Elle dû d’ailleurs fournir des explications sur son état physique. Elle mentit, disant qu’elle avait trébuchée. Ils la laissèrent passé puis ils l’amenèrent dans une petite salle. Ils avaient gardé son sac à main, ainsi que son manteau. Elle ne portait que ses snickers et sa petite robe noire. Elle était un peu désemparée. Elyabelle soupira puis elle s’asseya à la petite table que l’on lui indiqua dans la pièce. Après une bonne demi-heure, la porte s’ouvrit. Elle se leva en voyant Yulian et elle le regarda, un peu perdue puis elle éclata en sanglot avant de se jeter dans ses bras, le serrant le plus fort qu’elle pouvait, caressant sa nuque. «Pardonne moi… »
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre
Date d'inscription : 20/03/2016
Messages : 90
Voir le profil de l'utilisateur


We play hard with our plastic guns
Elyabelle & Yulian
I wanna hide the truth, I wanna shelter you but with the beast inside there's nowhere we can hide  ▬ Imagine Dragons

Yulian se repassait en boucle les images de la scène qu’il avait vécue avec Elyabelle. Des hommes armés jusqu’au cou venus dépouiller le jeune homme et terrifier la jeune femme. Cela avait été dur, autant pour lui que pour son amie. Il s’en était voulu d’avoir rien pu faire et s’en voulu d’avoir été, à ce moment-là, un dealer. Cela ne lui avait amené que des problèmes et le pire était qu’il avait été arrêté le jour-même. Il ne s’y était pas du tout attendu. Jamais il n’aurait pu imaginer le fait qu’il se fasse enfermé ce jour-là. Tout simplement parce que cette option n’avait jamais été envisagée pour le jeune homme, il n’avait jamais pensé qu’il pourrait un jour faire l’objet d’une arrestation telle que celle-ci. Il avait totalement occulté le fait que c’était un risque qu’il encourait chaque jour et à chaque fois qu’il revendait de la drogue, il le faisait tellement discrètement que l’idée d’être aperçu un jour ou l’autre par les flics lui était totalement sortie de la tête.

Pourtant, une semaine après le désastre, il était toujours derrière les barreaux, à patienter, à attendre son jugement. C’était un vrai prisonnier, ils l’avaient vêtu d’un uniforme bleu et jamais il ne se serait imaginer porter les mêmes vêtements que dans les séries qu’il regardait. Ce monde-ci, il ne le connaissait pas, c’était nouveau pour lui et il avait découvert un milieu glauque, malsain et effrayant. Les autres prisonniers le regardaient toujours avec mépris et parfois, pour un regard en croix, on déclenchait une bagarre sans nom. Yulian avait été, une fois, la cible de ce genre d’émeute et il s’en était sorti avec un œil au coquard et quelques points de sutures au niveau de l’arcade, rien de très grave en soi. Pourtant, le jeune homme vivait tout cela très mal. D’une part parce qu’il n’avait pas sa dose et d’une autre part parce qu’il ne concevait pas qu’il puisse avoir été arrêté.

Chaque jour était un supplice de plus, les sueurs et les douleurs le prenaient la nuit, lui causant parfois des vomissements. Le manque se faisait de plus en plus insupportable et les médecins de prison refusait de donner quoi que ce soit à Yulian, débutant ce qu’ils appelaient sa « désintox ». Il se sentait de plus en plus mal dans cet endroit fait uniquement pour les rats. Moralement, il essayait de tenir bon jusqu’au procès, physiquement, il n’était pas sûr d’y arriver. Puis, un jour, on lui annonça qu’il avait de la visite. Alors, il s’était relevé avec difficulté et avait suivi l’un des gardiens qui l’emmena dans une sorte de pièce complètement vide. A l’intérieur, on lui retira ses menottes ainsi que les chaines qu’on lui avait mis aux pieds pour éviter toute fugue. Yulian resta silencieux, se demandant qui pouvait bien venir le voir et se trouva bien bête de se poser la question. Seule Elyabelle était au courant de son arrestation, par conséquent, elle était la seule à pouvoir venir le voir, ainsi. Le gardien lui indiqua la porte par laquelle il allait passer et l’invita à le rejoindre lorsqu’il l’ouvrit. Le jeune homme passe la porte et vit son amie. Elle semblait on ne peut plus que perdue, complètement désorientée. Elyabelle s’approcha et se mit à pleurer juste au moment où elle le prit dans ses bras. Yulian, d’un geste timide, la prit contre lui, la resserrant au niveau du bas de son dos et inspira un grand coup avant de l’écarter de lui. « Pleure pas, t’y es pour rien. » La rassura-t-il. Il ne voulait pas lui donner plus de tristesse que ce qu’elle n’avait. Il était difficile pour lui de contenir son propre désarroi et tout ce qui impliquait, mais il fit bonne figure devant elle et ne dit rien. Le jeune homme posa sa main sur sa joue et la fixa dans les yeux. « T’inquiète, tout va bien se passer. On m’a dit que je pourrais peut-être juste faire du sursis… Y’a des tas de drogués ici, ils m’ont expliqués… » Il ferma les yeux et les rouvrit difficilement. « T’as rien à te reprocher, ok ? » Lui dit-il, fixant alternativement son œil droit puis son œil gauche. « Est-ce que toi, tu vas bien ? » Lui dit-il, replaçant l’une de ses mèches de cheveux derrière son oreille, essayant de relativiser et surtout, de la rassurer.





© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
 Yulibelle ≡ We play hard with our plastic guns.







» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !
» Faites nous partager vos play-list Deezer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum